Retour à la Page d'Accueil
Liban & Région Provence-Alpes-Côte d'Azur:
une coopération et une solidarité naturelles
au-delà des considérations politiques

Accord Cadre de Coopération
entre les Régions Provence-Alpes-Côte d'Azur et du Sud-Liban

Action de la CCI Marseille
pour la promotion du tourisme
Provence-Liban


Du début des années 2000 aux années 2020, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur poursuit inlassablement son aide envers le Liban


Septembre 2022
Pourquoi la région verse-t-elle 900 000 euros d'aides au Liban?
Durant quatre jours, Renaud Muselier a rencontré plusieurs acteurs libanais du public et du privé pour réaffirmer le soutien de la région à l'heure où le pays est en crise.


Le président de la région Renaud Muselier accompagné du maire de Beyrouth et président des maires Jamal Itani (à sa G.)

Du 22 au 25 septembre 2022, Renaud Muselier, président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, a multiplié les rencontres avec des acteurs du public et du privé libanais, lors d’un déplacement exceptionnel dans le pays en crise.

Au programme:
la création d’un parc naturel à Jezzine, la valorisation de la réserve naturelle de Tyr, la lutte contre les incendies, l’aide à l’entrepreneuriat au Liban-Sud, la lutte contre la radicalisation à Saïda. En tout, c’est plus de 900 000 euros qui vont être investis par la région dans différents projets de coopération économique, humanitaire et de gouvernance au Liban.

Le Liban est en crise
Instabilité politique, crise économique et générationnelle, le Liban, anciennement appelé « la Suisse du Moyen-Orient » est aujourd’hui au bord de l’effondrement. Trois quarts de la population vivent en dessous du seuil de pauvreté, les services publics sont en déperdition et l’accès à l’eau courante est devenu difficile.
Depuis plusieurs années, la vie politique du pays est stagnante et les gouvernements qui se succèdent peinent à résoudre les problèmes de fond.
CMA-CGM : les intérêts économiques
C’est dans ce contexte tendu et dangereux pour les échanges franco-libanais que Renaud Muselier et sa délégation sont venus réaffirmer le soutien de la Région auprès des élus locaux.
« Il y a une absence totale de gouvernance au niveau national qui fait en sorte que la communauté internationale ne veut plus payer tant qu’ils n’ont pas résolu leurs problèmes politiques. Il reste sur le terrain les maires, les unions des maires, les différentes ONG et c’est avec eux que je travaille », affirmait le président de la région, hier, au micro de la Provence.



Renaud Muselier:
"Je me réjouis de l’engagement de CmaCgm-France en faveur du Liban !
L’entreprise marseillaise conforte sa présence au Liban avec 400 emplois en plus des 1000 actuels et 33M$ d’investissements pour le Port de Beyrouth.
Une démarche de coopération soutenue par la RégionSud !"

Coïncidence de calendrier ?
Le voyage de Renaud Muselier intervient six mois après que la CMA CGM ait été choisie pour assurer la gestion, l’exploitation et la maintenance du terminal du port de la capitale libanaise pour une période de 10 ans. À lui seul, l’armateur français, dirigé par le franco-libanais Rodolphe Saadé, représente 90 % du trafic du port et a décidé d’y investir 33 millions de dollars.

Dans la lignée de la politique française à l’égard du Liban
Ce voyage s’inscrit également dans la lignée des positions prises par Emmanuel Macron. « Je suis là pour vous aider en tant que peuple, pour proposer un nouveau pacte politique. Vive le Liban ! », avait argué le président de la république au lendemain de la sinistre explosion survenue le 4 août 2020. Ce drame avait causé la mort de 218 personnes et la destruction d’une importante partie du port de Beyrouth.

C’est pour cela qu’outre l’installation de panneaux solaires dans l’école de Jezzine ou la valorisation du parc régional naturel de Tyre, l’ancien secrétaire d’État aux affaires étrangères vient aussi « vérifier que les fonds alloués sont utilisés à bon escient ».

Un des projets dans le viseur, celui du centre de formation des municipalités. Ce projet financé par la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur vise à mettre à disposition des formateurs pour appuyer les municipalités libanaises et leurs fonctionnaires.

Une initiative qui pourrait tomber à l’eau en cas d’absence de décision de la part du gouvernement local d’ici au mois de décembre. En effet, le ministère de l’Intérieur libanais doit donner son aval mais reste muet depuis 2019, d’où la mobilisation de Renaud Muselier. Or l’institution libanaise reste frileuse et redoute toute forme de néo-colonialisme.

Pourquoi est-ce que la région décide d’œuvrer pour la stabilité du Liban?

Renaud Muselier a fait savoir qu’il redoutait la formation d’un « axe Afghanistan, Syrie Liban » favorable à la radicalisation. C’est pourquoi, samedi 24, l’élu Azuréen s’est rendu à Saïda pour rencontrer Bahia Hariri, ancienne ministre de l’Education nationale et de l’enseignement supérieur, pour échanger sur la prévention de l’extrémisme religieux.

Mais le président de la région a également invoqué des raisons historiques et humanitaires pour justifier son voyage. « Le Liban est un peuple frère et il y a beaucoup de Libanais à Marseille », a-t-il avancé.

Enfin, l’immigration est assurément une des raisons de ce voyage. Agir pour la stabilité économique et politique du pays, c’est aussi prévenir les flux humains. « Aujourd’hui, il y a des émigrés libanais qui se noient au large de Tripoli pour tenter de passer en Europe parce qu’il n’y a plus d’argent, plus d’espoir et plus de destin », déplore Renaud Muselier.

En apparence une simple visite d’un partenaire économique, ce voyage de quatre jours est en fait bien plus complexe. Diplomatie, enjeux sécuritaires et géopolitiques, intérêt économique et lien historique sont à l’origine de cette délégation exceptionnelle.

Couverture du voyage & Rédaction: Arthur Sabatier


Au cours de ce voyage au Liban, l'Université Saint-Joseph a décerné le Doctorat Honoris Causa au Président de la Région Sud (ou PACA) Renaud Muselier >
Lire l'article de l'USJ


Des associations de Paca offrent leur aide au Liban, un pays où tout reste à reconstruire
Une monnaie qui dévisse et c’est toute l’économie libanaise qui dégringole. La moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté, les prix des denrées explosent, les pénuries d’électricité et de médicaments sont légion. Les Libanais sont plus nombreux hors de leurs frontières : une diaspora de 15 millions contre 6.5 millions d’habitants au Liban.
La communauté est très présente dans notre région et elle se démène pour aider ce pays à survivre. Dans ce reportage, nous suivrons une ONG régionale, composée de chirurgiens. Avec eux, nous allons découvrir le quotidien d’un pays exsangue, où tout manque, sauf la volonté de reconstruire, pour ceux qui ont décidé de ne pas succomber aux sirènes de l’exil.
Le Reportage exclusif de France 3 Régions en Novembre 2021

25 Août 2006
Michel Vauzelle au Liban pour étudier l’aide à la reconstruction et reçu par le ministre de l’Intérieur Ahmad Fatfat

Le président socialiste de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), Michel Vauzelle, a annoncé hier qu’il se trouvait au Liban pour étudier avec les autorités les moyens de venir en aide à la population de la région de Tyr, avec laquelle la région PACA a des accords de coopération.
Les habitants du Liban-Sud « manquent de tout, ils n’ont plus de maisons, pas de vivres, pas d’entreprises, tout a été détruit. Il y a d’abord un besoin d’aide humanitaire immédiate », a déclaré M. Vauzelle, qui a rencontré hier le ministre de l’Intérieur et des Municipalités par intérim, Ahmad Fatfat.
« Nous avions un accord de coopération avec un ensemble de communes de la région de Tyr. Cette région a été complètement bombardée, il va y avoir une gradation dans l’aide que nous pouvons apporter », a ajouté M. Vauzelle.
Le conseil régional de PACA a déjà envoyé une première cargaison d’aide lors de l’opération « Un bateau pour le Liban » parti de Marseille, organisée par le ministère des Affaires étrangères en association avec plusieurs agences de l’ONU.
« Dans un deuxième temps, ils auront besoin de réaménager leur espace, c’est-à-dire leurs habitations, mais aussi leurs moyens de travail, dans une région agricole. Nous pouvons envoyer ici une mission qui permette d’aider à la restructuration des circuits d’irrigation et d’eau potable », a ajouté
Mr.Michel Vauzelle, par ailleurs président de la société du Canal de Provence.

Une action conjointe CCI de Marseille-Air France
Pour promouvoir le tourisme entre le Liban et la Provence


MM. Gérard Detaille, Georges Antoun, Dominique Gass et Hervé Bodez
lors des rencontres de Juin 2004 à Beyrouth.

Beyrouth, 20 Juin 2004-
Dans le cadre de “La France expose”, l’importante vitrine des produits français présentée durant quatre jours à la rue Foch, par l’ambassade de France et Publicis-Graphics, un déjeuner a été organisé par Air France, en présence du ministre du Tourisme, Ali Hussein Abdallah, afin de réunir la délégation de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Marseille-Provence avec des responsables des secteurs économiques et touristiques libanais.

Tout le compte-rendu de l'action de la CCIM avec


o-o-o

Marseille, Fort Saint Jean et Notre Dame de la Garde
D'autres détails sur notre page spéciale Marseille-Liban


Action de la Région PACA au Sud-Liban depuis 2002

Photo LBV-5 Novembre 2002

>>> Jumelage du Lycée de Abbassieh avec le Lycée Paul Cézanne d'Aix-en-Provence:
Des professeurs et des élèves du Sud Liban se rendront en Provence en Mai 2003


La Coopération décentralisée:
Une idée qui fait vite son chemin grâce aux volontés
et à l'amitié de deux régions intimement liées.
---

La Page Marseille-Liban
Marseille, Fort Saint Jean et Notre Dame de la Garde

---
Le Conseil Régional Provence Alpes Côte d'Azur:

>
Une stratégie claire de Coopération décentralisée tournée vers le Bassin Méditerranéen
>
Une volonté politique vite traduite sur le terrain dès le début de l'année 2002

>>>

* Réhabilitation et aménagement de la forêt de Bkassine

* Formation de Bibliothécaires et projet de bibliothèque pour la Jeunesse à Tyr

* Formation de fonctionnaires Municipaux des villes et villages partenaires.

* Jumelage de Lycées avec programme de bourses, d'échanges et de formation:
Lycée de Abbassieh avec le lycée Paul Cézanne d'Aix en Provence.

* Envoi de volontaires pour la coopération

** Les 18 Communes signataires suite à la mission technique réalisée en Mai 2002

Abbassieh, Ain el Baal, Bazourieh, Bint Jbeil, Bkassine, Bourj El Chemali,
Chebaa, Deir Qanoun El Nahr,
Doueir, Hasbaya, Jdeidet Marjayoun, Kfar-Kila, Khiam, Maroub, Naqoura, Qleileh, Rmeich, et Tyr


Nombre de ces communes-municipalité sont déjà sur le net!
>>> Tourisme...



 

 

 

 

 

 




L'Info:
Signature à Tyr d'un Accord-cadre de coopération bi-latérale entre
la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur et un groupement de 18 Communes du Sud-Liban sur l'invitation de l'ADR, Association d'Aide pour le développement rural


Michel Vauzelle: de la suite dans les idées...

Si de nombreuses professions de foi demeurent souvent lettres mortes sur le terrain, on n'en dira certainement pas autant des relations mises en place entre le Conseil Régional de la Région Provence Alpes Côte d'Azur et le Sud-Liban.
Voilà en effet tout juste un an que le Président Vauzelle,déjà en tournée au pays du Cèdre avait manifesté une Intention ferme d'accompagner le développement socio-culturel et économique de cette région et de sceller un Accord de Coopération formel entre les deux partenaires.
Mieux que cela, et avant même la signature d'un tel accord, de nombreuses actions concrètes sur le terrain ont même été menées depuis le début de l'année 2002.

C'est donc à l'invitation de l'ADR, opérateur et partenaire local privilégié pour l'essentiel du projet, et de son Président le Dr Youssef Beydoun, que suite à une visite dans l'après-midi du site de la forêt de Bqassine, la délégation de 13 personnes de la région PACA présidée par Mr Michel Vauzelle était conviée à un diner au Rest-House de Tyr, accompagnée de représentants de l'Ambassade de France dont le premier d'entre eux, son excellence Mr Philippe Lecourtier, ainsi que de nombreux journalistes français et libanais chargés de témoigner de l'ampleur et de la portée de l'évènement.

Panorama de Abbassieh

Suite à la présentation des activités de l'ADR par son Président, aux allocutions de Mr Vauzelle qui précisa le cadre et la portée de l'accord, et de l'Ambassadeur Lecourtier qui rappela l'appui sans réserve de la représentation nationale pour les actions décentralisées, la séance de signature formelle de l'accord-cadre de coopération bi-latérale se déroula de manière chaleureuse et à l'issue du diner.

Ce sont donc les maires de 18 COMMUNES ** du Sud-Liban appartenant indifferemment ou non à l'ex-zone occupée par Israel qui apposèrent leur signature après que le Président Vauzelle eut initié cette séance.

Cette céremonie conviviale pouvait ouvrir la voie à la visite de terrain du lendemain entre le Lycée de Abbassieh, le CASUR, centre Agricole du Sud, et le siège de l'ADR à Tyr.

JM Druart et Hanadi Fawaz

Visite du Lycée de Abbassieh

C'est non sans émotion que les membres de la délégation furent accueillis par le personnel et une partie des 1136 élèves de ce lycée au coeur du Sud Liban ou la francophonie ambiante démontrait d'elle-même tout le bien -fondé de l'Accord signé la veille.Après une allocution de bienvenue du Proviseur, Mr Maroun Ghazal, l'assemblée se delecta de la vibrante déclaration d'une élève de Terminale ES, Mlle Chada Kojok, portant notamment sur les liens Franco-libanais et la francophonie libanaise.Ce fut au tour du Président Vauzelle d'annoncer cet accord de jumelage et de le placer dans le contexte historique du Sud-Liban et de la tradition migratoire de ses populations puis comme action prioritaire dans le domaine de la formation et des échanges culturels tels que prévu dans un "accord pour toujours", comme conclut de façon autant catégorique qu'émotionnel un président visiblement ému par la qualité et la chaleur de l'accueil qu'il recevait comme toute sa délégation.
L'assemblée pouvait alors tomber sous le charme d'une exhibition de danse traditionnelle libanaise mise en scène par des élèves du Lycée.

Le site du lycée Cézanne d'Aix en Provence

 

Dans la presse locale

7/11/2002

Liban-France - Michel Vauzelle plaide pour une coopération entre l’Europe et le sud de la Méditerranée Accord de coopération entre la région PACA et le Liban-Sud


L’accord a été signé par M. Vauzelle en présence de l’ambassadeur de France, Philippe Lecourtier. (Photo LBV)

Le président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA, sud de la France), Michel Vauzelle, a conclu hier à Beyrouth une visite de trois jours marquée par la signature d’un accord de coopération avec le Liban-Sud. Une vingtaine de municipalités, dont la plus importante est celle de Tyr, ont contresigné l’accord mardi, a indiqué M. Vauzelle à la presse, estimant que d’autres communes y adhéreraient certainement. « Notre attention a été attirée par les communes du sud du Liban libérées par Israël » en mai 2000, a-t-il déclaré. La région PACA, qui a son siège à Marseille, a signé auparavant des accords de coopération avec les villes ou les régions d’Alger, de Haïfa (Israël), de Khan Younès (bande de Gaza), de Tanger-Tétouan (Maroc) et de Tunis. Selon M. Vauzelle (Parti socialiste), « il n’y a pas de sécurité et d’entente régionales sans coopération sur un pied d’égalité entre l’Europe et le sud de la Méditerranée, dans le respect de l’indépendance et de l’identité culturelle de chacun ». Cette coopération, de type pratique, est axée sur des actions de formation et de conseil dans des domaines comme la gestion municipale, l’agriculture, la forêt, le tourisme, l’environnement (déchets, traitement des eaux), etc. Elle a déjà été engagée ces derniers mois dans la plupart de ces domaines, une vingtaine de présidents de municipalité ayant passé une semaine en PACA tandis que des jeunes Français de la région ont participé pendant l’été à des camps pour l’aménagement de la forêt de Bkassine. Le lycée de Abassieh doit être le partenaire du lycée Paul Cézanne à Aix-en-Provence. Un ingénieur agronome français doit entamer une mission d’étude en janvier prochain, a indiqué M. Vauzelle, soulignant que le savoir-faire du Nord pouvait être utile pour limiter l’usage excessif des engrais au Liban. Un autre accord a été signé mardi à Beyrouth en présence de M. Vauzelle et du ministre libanais de la Culture, Ghassan Salamé, sur le projet de bibliothèque virtuelle de la Méditerranée, dont le Centre de conservation du livre, basé à Arles, est le coordinateur. Ce projet, destiné à favoriser les relations entre bibliothèques, prévoit 3 000 notices bibliographiques téléchargeables, accessibles dans plusieurs langues. Il permettra la localisation des ouvrages dans les bibliothèques du pourtour méditerranéen, dont 200 ouvrages représentatifs seront numérisés et accessibles sur Internet.

 

 


email/courriel: